Mairies

De Lagny-sur-Marne Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Mairies
Description de cette image, également commentée ci-après
Vue de la façade

Présentation

Début de construction VIIe siècle
Destination initiale Abbaye
Destination actuelle Hôtel de ville
Statut patrimonial Logo monument historique - rouge ombré sans texte.svg Classé MH (1886)
Logo monument historique - rouge ombré sans texte.svg Inscrit MH (1969)

La première mairie de Lagny n'était qu'une seule de réunion prêtée par l'abbaye de Lagny.

Rue des Etuves[modifier]

Le 21 octobre 1776, une maison, située rue des Étuves et appartenant à Jeanne Tizon, est louée par la ville pour faire office de maison commune[1]. Le loyer mensuel s'élève à 300 francs de l'époque[2]. Le 11 février 1777 se tient la première séance. La mairie restera dans ce batiment jusqu'en 1792, date à laquelle les héritiers décident de le vendre, et de ce fait, de résilier le bail de location par la mairie.

Abbaye[modifier]

Le district de Meaux donne autorisation à la municipalité de s'installer dans l'ancienne abbaye, cette dernière étant vide de tout religieux depuis la fin 1790. La première séance se tient le 24 mai 1792.

Maison de l'Arquebuse[modifier]

Maison de l'Arquebuse

En 1793, la municipalité doit quitter l'ancienne abbaye. Elle s'installe donc dans la maison laissée par la Compagnie des Arquebusiers dissoute au moment de la Révolution Française. Elle est située rue de la Planchette (actuellement 26 rue Saint-Paul). Elle prend possession des lieux le 12 janvier 1793

Un décret en date du 24 avril 1793 demande à la ville de quitter ce bâtiment, en effet les biens des sociétés dissoutes appartiennent à l'État et non à la commune. La vente est programmée pour le 30 juillet 1793. La municipalité proteste et demande que ce décret ne soit pas pris en compte et l'annulation de la vente. Le district de Meaux donne raison à la municipalité qui reste donc dans les lieux. La vente de cette propriété intervient le 7 novembre 1796.

La Constitution de l'an III (22 août 1795) décrète que toute municipalité de moins de 5000 habitants n'aurait plus de maire, mais des agents élus et regroupés dans une administration cantonale. Le canon de Lagny est composée 32 communes, la maison de l'arquebuse, trop petite, ne peut pas recevoir les agents élus ainsi que l'assistance et l'abbaye est de nouveau sollicitée pour accueillir cette assemblée.

Nous ignorons où se déroula la première séance de l'administration cantonale qui se tint le 11 novembre 1795.

Abbaye[modifier]

L'administration cantonale, après quelques mois dans les locaux de l'abbaye, envisage d'acheter cette dernière, mais le montant de l'emprunt (40.000 francs), étant trop élevé, renonce à cet achat. Elle continue donc à louer le bâtiment espérant que ce bien national ne soit pas vendu.

La constitution de l'an VIII (25 décembre 1799) décrète que les municipalités de cantons sont dissoutes et que chaque commune devra avoir à sa tête un maire.

Le 20 mars 1802, l'aile nord, le bâtiment sur la cour et une partie de l'ail ouest de l'abbaye sont vendus à Philippe Duluc, pour la somme de 140.000 francs.

Place du Marché-au-Blé[modifier]

Place du Marché-au-Blé

La municipalité doit donc déménager. Le maire de l'époque, Pierre-Fursy Bureaux met à sa disposition sa maison situé au 18 place du Marché-au-Blé. Elle y restera pendant toute la durée du mandat du maire et devra la quitter en juillet 1815.

Maison de l'Arquebuse[modifier]

Le 5 octobre 1815, la municipalité signe un bail de six ans avec Pierre Vincent Auchard, propriétaire de la Maison de l'Arquebuse et s'installe le 1er octobre 1815. D'autres baux suivront, et la municipalité occupera ce bâtiment jusqu'au 1er avril 1832, date à laquelle Marie Auchard souhaite reprendre son bien pour y habiter.

Rue Vacheresse[modifier]

17 rue Vacheresse

Le 26 février 1832, la municipalité loue un bâtiment au 17 rue Vacheresse et y restera jusqu'en décembre 1841/janvier 1842.

Un fait important intervint pendant cette période, la partie de l'abbaye, vendue à Philippe Duluc en 1818, est revendue à Jean Michel Maire Ridet qui décide la démolition de la galerie nord du cloitre et le bâtiment sur la cour. En 1818, Pierre Antoine Pézé stoppe les démolitions et reconstruit le bâtiment sur la cour.

Le 19 février 1821, les bâtiments non vendus sont redonnés au Département de Seine-et-Marne qui après de nombreuses procédures les cède à la ville le 1er novembre 1838.

Abbaye[modifier]

D'importants travaux sont entrepris pour permettre à ce bâtiment d'accueillir à nouveau la municipalité qui fait de ce lieu, sa mairie en décembre 1841/janvier 1842.

Petit à petit, la municipalité rachètera les bâtiments vendus en 1818. En 1964, chose faite, la commune est propriétaire de la totalité de l'Abbaye.

Sources[modifier]

  • Un peu d'histoire, d'un hôtel de ville à l'autre, de Pierre Eberhart

Références[modifier]

  1. M. Pouzol, Président de la Société Historique de Lagny
  2. Annales du pays de Lagny, Jacques-Amédée Le Paire, page 719

Lien externe[modifier]