Le saviez-vous ?

De Lagny-sur-Marne Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Cette page recense toutes les anecdotes concernant la ville :


Antoine de Saint-Exupéry[modifier]

Antoine de Saint-Exupéry en 1933

L'ouvrage Terre de Hommes, écrit par Antoine de Saint-Exupéry en 1939, obtient le grand prix du roman de l'Académie française et le National Book Award aux États Unis.

Malgré ces récompenses prestigieuses, Saint-Exupéry considère que la plus belle est le cadeau fait par les ouvriers de l'imprimerie Grévin de Lagny-sur-Marne qui lui offrirent, l'exemplaire unique de ce livre imprimé sur toile d'avion[1].

Unité, indivisibilité de la République; liberté égalité-fraternité ou la mort[modifier]

Plaque révolutionnaire

Côté place de la fontaine, sur le fronton de l'entrée fortifiée de l'ancienne abbaye, (aujourd'hui hôtel de ville) se trouve l'inscription suivante : « Unité, indivisibilité de la République; liberté égalité-fraternité ou la mort ». Celle-ci date de la Révolution, réalisée en 1793 à l'occasion de la fête de « l'Unité et de l'Indivisibilité de la République ».

En 1792, lors de la proclamation de la République, les révolutionnaires adoptent cette devise et en 1793, la commune de Paris impose d'inscrire « cette citation » sur la façade de l'hôtel de ville, sur tous les édifices publics de la ville et aussi sur des monuments aux morts.

Dans un premier temps, il est demandé de supprimer la dernière partie de la formule qui est associée à la Terreur, puis considérée comme symbole révolutionnaire, cette devise ne passera pas la période de l'Empire.

En 1880, la devise est modifiée et devient «Liberté Égalité Fraternité». Elle figure dans les constitutions de 1946 et 1958[2].

Victor Hugo[modifier]

Cosette

Victor Hugo, dans son ouvrage Les Misérables, fait mention de la ville de Lagny lorsque Boulatruelle, employé par l'administration en qualité de cantonnier, rencontre Cosette le soir de Noël 1823.... [3].

Foudre[modifier]

Foudre

Dans son ouvrage datant de 1869, Jean Rambosson parle du phénomène de la foudre et cite Lagny en ces termes :

« La foudre étant tombée, le 18 juillet 1689, sur l’église de Saint-Sauveur à Lagny, elle imprima en un instant, sur la nappe de l’autel, les paroles de la consécration qui se trouvaient sur le canon, à commencer de celles-ci : Qui pridie quam pateretur, etc., jusqu’à ces autres inclusivement : Hæc quotiescumque feceritis, in mei memoriam facietis ; n’ayant omis que les paroles que l’on a l’habitude d’écrire en caractères plus saillants que les autres, et qui étaient en lettres rouges sur le carton[4]. »

Esprit[modifier]

Apparition

En 1330, la chronique de Metz relate l'histoire de l’âme d'une femme morte, qui revint plusieurs fois, pour dire, entres autres, des messes pour les âmes afin de les délivrer des tourments du purgatoire. Ces messes aurait été données devant une assemblée de plusieurs personnes et de sa famille [5].

Circuit de Paris[modifier]

poinçonnage à Lagny-sur-Marne

Le Circuit de Paris est une course cycliste d'un jour, disputée de 1919 à 1945. Elle se déroule chaque jeudi de l'Ascension. Sur tout le parcours, un poinçonnage était effectué, le 11 juin 1922, un de ces points de poinçonnage se trouvait à Lagny-sur-Marne.

Architecte[modifier]

Détail sur le fronton de l'église

De tous les temps, les architectes ont pris des libertés sur leurs constructions. Sur le fronton de l'Église Saint-Furcy, si vous regardez attentivement tous les détails, vous pourrez apercevoir cet enfant, tête en bas et dénudé (voir photo).

Supplice de la roue[modifier]

Supplice de la roue

Mathieu Dupont fut condamné au supplice de la roue pour avoir assommé une femme à coups de bâton et pour l'avoir égorgée ensuite, fut exécuté un jour de marché, le 27 mai 1783 sur la place publique. Les habitants de Lagny furent témoin d'une horrible exécution[6].

Courtisane dans un couvent[modifier]

Ninon de Lenclos

Ninon de Lenclos, courtisane, femme d'esprit, épistolière et femme de lettres française collectionnait les amants qu'elle classait en « payeurs », « martyrs » (soupirants sans espoir) et « caprices » (élus du moment).

Devenant gênante, elle reçu l'ordre en 1656 de Anne d'Autriche de se retirer dans un couvent. La réponse de Ninon fut immédiate :

« Fort bien, dites à la Reine que je choisis un couvent d'hommes! »

Elle fut enfermée aux Madelonnettes à Paris, puis au couvent de Lagny (on peut supposer le couvent des Dames de Laval). Malgré le lieu religieux, elle continua à recevoir certains de ses amants dont la distance ne décourageaient point[7].

Albâtre gypseux[modifier]

Buste d'orant barbu en albâtre gypseux, de 2500 à 2400 av. J.-C.

Des carrières d'albâtre gypseux étaient situées à Lagny-sur-Marne et étaient exploitées avantageusement par les sculpteurs[8].

Cet albâtre gypseux était décrit de la manière suivante[9]. :

« Un très bel albâtre sypseux qui jouit d'une demi-transparence et de divers accidens qui l'égalent presque à l'albâtre calcaire »

Jacques-Amédée Le Paire, le décrivait ainsi[10] :

« Ce gypse ou albâtre gris, dû à un accident de formation , et qui se trouve nulle part ailleurs dans le département, est connu sous le nom d'albâtre de Lagny »

Cet albâtre était destiné à la fabrication de vases, figures et statues. Il a été découvert des statues datant du 16ème siècle sculptées dans de l'albâtre gypseux de Lagny-sur-Marne[11].

Dans l'inventaire des monuments de sculpture réunis au Musée des monuments français (1795), il fait état d'ouvrages faits à partir d'albâtre gypseux de Lagny-sur-Marne  :

  • Dans la chapelle d'Ecouen : Un groupe de grandeur naturelle représentant l'éducation de la vierge [12].
  • La figure de Philippe Chabot, amiral mort en 1543, exécutée par Jean Cousin[13].
  • L'abbaye de Saint-Denis, bas relief représentation d'annonciation[14].

Gardes suisses[modifier]

Sapeur des gardes suisses, gravure de Jean-Georges Wille 1779.

Les Gardes suisses, également appelés régiment des Gardes suisses, sont un régiment d’infanterie suisse servant les rois de France de 1616 à 1830, exception faite de la période allant de 1792 à 1815 lors de laquelle l'unité n'existe plus.

En 1567, les Suisses protègent le roi Charles IX d’une tentative d’enlèvement de la part de Condé. Ils forment le carré face aux deux mille cavaliers protestants qui tentent d’enlever le roi à la sortie de Lagny-sur-Marne, et lui permettent de rejoindre Paris où l’attend le connétable de Montmorency avec une armée de 10.000 hommes[15][16].

Jeux olympiques 2024[modifier]

Jeux olympiques

Les jeux olympiques d'été 2024 auront lieu du 26 juillet au 11 août 2024 en France.

Le label Terre de jeux[17] a été crée à cette occasion et seules 107 villes d'Ile de France ont été labellisées [18].

Lagny-sur-Marne a été l'une d'entre elles. Ce label permettra à notre ville de promouvoir les JO de 2024 dans sa communication mais également, de développer des actions pour promouvoir le sport et également, proposer des centres de préparation pour les délégations étrangères pendant la durée des jeux.

Vaires-sur-Marne, située à moins de 10 kms de Lagny-sur-Marne a été retenue pour les épreuves olympiques de canoë, de kayak et d’aviron.[19].

Baron de Dieskau[modifier]

Tableau de Benjamin West qui montre le général Johnson épargnant la vie du baron Dieskau après la bataille du lac George.

En 1961, avant le début de la construction du marché couvert, il a été effectué des fouilles dans le quartier. Plusieurs immeubles ont été démolis. Lors de la démolition d'un immeuble de l'impasse Vieille-et-Gentil, ont été découverts, dans une cave, quatre fragments de la pierre tombale du Baron de Dieskau, né en 1701 en Saxe et mort en 1767 à Suresnes. Il était officier français d'origine saxonne.

On peut y lire l'inscription suivante :

« Ici repose Johann Erdman baron de Dieskau, lieutenant général des armées du roy, et commandeur de l'ordre du Mérite militaire, décédé le 8 septembre 1767, âgé de 64 ans. Requiescat in pace »

et découvrir une partie des armoiries du Baron Azur à un cygne d'argent le vol levé[20].

Aucune explication n'est donnée à cette découverte surprenante. Pour quelles raisons ces fragments se trouvaient dans une cave à Lagny ? Le nom du Baron de Dieskau n'est pas lié à Lagny et aucun historien local n'en fait état dans leurs ouvrages.

Aviette ''Le Dragon''[modifier]

Jean Tournier et son aviette le dragon


En avril 1900, Henry Deutsch de la Meurthe industriel français offre un prix de 100 000 FRF (environ 320 000 euros) à la première machine volante capable de parcourir le trajet aller-retour entre Saint-Cloud et la Tour Eiffel (environ 10 km) en moins de 30 minutes, ceci avant octobre 1904.

Jean Tournier, garagiste à Lagny tente l'aventure en créant un aéroplane en 1902. Il ne gagnera pas le prix, mais son nom restera attaché à une carte postale créée à cette occasion.


Références[modifier]

  1. Terre des hommes
  2. « unité, indivisibilité de la République; liberté égalité ou la mort »
  3. Victor Hugo, Les Misérables, Tome 2 : Cosette, (pages 175-176)
  4. Histoire des météores et des grands phénomènes de la nature ... Par Jean Pierre Rambosson, 1869, page 297
  5. Dissertations sur les apparitions des anges, des démons et des esprits, Volume 1, 1746, Augustin Calmet, page 119
  6. Les annales du pays de Lagny, Jacques-Amédée Le Paire, page 722
  7. Mémoires du pays de Lagny, Pierre Herbin, page 90
  8. Dictionnaire classique des sciences naturelles, de Pierre Auguste Joseph Drapiez, 1837, page 218
  9. Nouveau dictionnaire d'histoire naturelle, appliquée aux arts, à l'agriculture, à l'économie rurale et domestique, à la médecine etc. par une Société de Naturalistes et d'Agriculteurs, 1816, page 285
  10. [Annales du pays de Lagny, depuis les temps les plus reculés jusqu'au 20 septembre 1792, 1880, page 7]
  11. La sculpture La peinture de Auguste Demmin, page 1254
  12. Description historique et chronologique des monuments de sculpture réunis au Musée des monuments français, 1803 de Alexandre Lenoir, page 184
  13. Description historique et chronologique des monuments de sculpture réunis au Musée des monuments français, 1803 de Alexandre Lenoir,, page 173
  14. Description historique et chronologique des monuments de sculpture réunis au Musée des monuments français, 1803 de Alexandre Lenoir, page 130
  15. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Librairie Arthème Fayard, 1980, p. 258, ISBN 2-7242-0785-8.
  16. Insern page 33.
  17. Le label Terre de jeux
  18. Villes labellisées Terre de jeux
  19. Vaires-sur-Marne, le stade nautique est le premier site olympique livré
  20. Lagny-sur-Marne, N°26, mars 1975, page 25